nicolasvadot.com

Home    Actualités    Dessins de presse    Chroniques    Recueils de dessins de presse    Cartooning for Peace    Bandes dessinées    Illustrations    Biographie    Bibliographie    Interviews    Podcast    Animations     Liens    Livre d'or    Breloques    Expositions    Musée imaginaire    Goodies    Achat en ligne    Facebook    Contact


INTERVIEWS

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dessins de la semaine

 

 

 

 

 
 
Auracan.com, mai 2006, à l'occasion de la sortie de 80 Jours.
Propos recueillis par Marc Carlot
 
Le secret pour rajeunir en 80 jours
 

Nicolas Vadot et Olivier Guéret

 

Nicolas Vadot est probablement beaucoup plus connu par ses dessins de presse qu'il publie chaque semaine dans l'hebdomadaire belge Le Vif - L'Express, que par ses albums de bande dessinée. Son complice Olivier Guéret est, quant à lui, journaliste orienté cinéma et producteur télé. Après avoir exploré les contradictions de la psychologie humaine dans la série Norbert l'Imaginaire (3 albums au Lombard), ils abordent de façon originale le thème de la vieillesse avec un épais volume, intitulé 80 jours, et publié sous le label Casterman.

 
Une cure de rajeunissement en 80 jours
Un homme de 80 ans se voit soudainement rajeunir d'un an par jour. Une idée amusante qui a germé dans la tête de Nicolas Vadot, il y a quelques années déjà: "Cette idée est venue à mon esprit torturé il y a environ cinq ans. Mais je ne savais pas quoi en faire. Finalement, c'est après avoir réalisé Norbert l'Imaginaire que j'ai repris ce thème. Plusieurs événements ont servi de déclencheur pour débloquer cette idée. D'une part, entre trente et quarante ans, il y a comme un passage de génération entre les parents et les enfants. Les parents vont vers la retraite, ils sont un peu perdus face à cette situation inconnue. Tandis que les enfants commencent à avoir une situation stable, ils voient leur avenir plus clairement. Ils servent de soutien psychologique à leurs parents. D'autre part, j'ai pu constater dans mon entourage que le décès d'un parent est un événement qui met du temps à cicatriser. Face à ce genre de situation, on est un peu démuni. C'est tout ce contexte qui a permis de construire une histoire autour de l'idée de base qu'était ce compte à rebours en 80 jours. C'est dans l'Eurostar entre Bruxelles et Londres -où ma femme résidait à l'époque- que j'ai eu le déclic. En deux heures, j'ai déroulé le fil du récit. Et la semaine qui a suivi, j'ai tapé une première version de l'histoire sur mon ordinateur. Je l'ai fait lire à Olivier. Il m'a donné une série de bonnes idées et nous avons retravaillé le texte ensemble. Nous avons construit le story-board en trois-quatre mois. Ensuite, nous avons proposé le projet à cinq éditeurs. Il y en a trois qui l'ont accepté. Un qui a dit "non". Un qui n'a pas répondu." Le choix de Casterman s'est finalement imposé, principalement parce que les auteurs y trouvaient un format parfaitement adapté à la publication de leur projet, nous explique Olivier Guéret : "Casterman était le seul à nous proposer un album de 72 pages grand format. Idéalement, nous aurions souhaité 80 pages pour que cela colle aux 80 jours, mais ce n'était pas possible car nous passions dans une tranche de prix de vente trop élevée dans ce cas."
 
Une collaboration croisée
La collaboration entre les deux auteurs résulte d'une alchimie où chacun apporte sa touche sur le travail de l'autre, tant et si bien, que, au final, il n'est plus possible de distinguer la patte de l'un ou l'autre. C'est un dosage qui se fait petit à petit, et qui évolue encore au fil de la réalisation graphique : "L'écriture se termine le jour où l'on donne tout l'album à l'éditeur. Car jusqu'à la dernière minute, jusqu'à la dernière case, les choses peuvent changer." souligne Olivier Guéret. "Notre méthode de travail est telle que nous pouvons nous remettre en question en permanence. Nous ne donnons les planches à l'éditeur qu'une fois la totalité du récit terminée. Il peut arriver que je retouche un élément de la page 68, et que, cela m'oblige à modifier la page 10, par exemple." complète le dessinateur.

Même si Nicolas Vadot est seul à dessiner, son comparse suit de près la production des planches, et lui donne un point de vue critique sur ce travail.
 
Une implication du lecteur dans le récit
Sans entrer dans des histoires intellectuelles, le duo aime s'impliquer dans une psychologie des personnages assez poussée qui tente d'impliquer le lecteur : "Que ce soit dans Norbert ou dans 80 jours, cela a toujours été conçu comme un récit miroir pour le lecteur. On veut qu'il s'approprie l'histoire et l'interprète avec son regard. Il peut même y voir des choses auxquelles nous n'avions pas pensé. Il ne s'agit pas de faire une démonstration en lui expliquant point par point comment on va de A à B. C'est là toute la difficulté, car il s'agit de donner vie à des personnages sans donner trop de détails sur leur background. Il faut que le lecteur puisse injecter son propre vécu dans les trous que nous laissons vacants."
 
MB: Comment vous vient l'inspiration ?
NV: Je ne sais pas, et c'est tant mieux. C'est un processus indescriptible, qui combine curiosité, absorption culturelle et sociale, questionnements personnels... C'est comme la recette du Coca-Cola: personne ne la connaît exactement, ce qui lui confère son mystère et sa longévité !
 
L'imaginaire omniprésent
Que ce soit à travers de séquences oniriques comme dans 80 jours ou dans une perception fantaisiste de nos conflits intérieurs comme dans Norbert, l'imaginaire et le rêve sont au centre de l'œuvre des deux auteurs : "Ce sera le thème principal de notre prochain album, où nous suivront un personnage qui ne dort plus et qui par conséquent n'a plus de rêve." Sorte de lien visible qui unit la galaxie de leurs albums, le personnage de Simon devrait revenir dans ce récit. Il était présent dans Norbert, il fait une apparition dans 80 jours. La thématique devrait toujours se focaliser sur l'humain sous forme de one-shots, en y développant des approches différentes. Rendez-vous dans deux ans environ pour la concrétisation de cette idée dans un nouvel album...
 

Propos recueillis par Marc Carlot.

Auracan.com

 

 


    
All rights reserved   |  www.nicolasvadot.com © 2006-2017  |  Copyright  |  designed by grenson-co.com