nicolasvadot.com

Home    Actualités    Dessins de presse   Chroniques   Recueils de dessins de presse    Cartooning for Peace    Bandes dessinées    Illustrations    Biographie    Bibliographie    Interviews    Podcast    Animations     Liens    Livre d'or    Breloques    Expositions    Musée imaginaire    Goodies    Achat en ligne    Facebook    Contact


Chroniques

 

 

 

08 04 2017 : Make Philippe Poutou great again

31 03 2017 : Faites des enfants...

02 02 2017 : Being Donald Trump

01 08 2016 : La dictature de l’instantanéité

02 04 2016 : Raconte-moi des Salah

13 02 2016 : Bruxelles en thérapie

06 02 2016 : La complainte de l’accent circonflexe

09 01 2016 : Jacques le fataliste...

02 01 2016 : Bonne année 2016…

26 12 2015 : Djihad intergalactique

19 12 2015 : Question pour un champion

15 11 2015 : Putain de vendredi 13

10 04 2015 : Faites des enfants…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques le fataliste


Il faut dire qu’il a le physique de l’emploi, Jacques Attali, avec son regard de cocker et sa moue désabusée qui ferait presque passer Michel Houellebecq pour un joyeux drille.


Néanmoins, Jacques Attali a livré ses prévisions pour 2016: une nouvelle crise financière va éclater, plus grave que celle de 2008, le réchauffement climatique s’aggravera, des attentats terroristes "d’une ampleur défiant l’imagination" frapperont sans discernement, l’euro pourrait bien disparaître, et mon chat se faire écraser – ça, c’est moi qui l’ajoute. Bref, selon l’ancien conseiller de François Mitterrand (qui doit pour le coup se sentir bien au chaud six pieds sous terre), "le pire du pire est vraisemblable". Ben tiens. C’est Nouriel Roubini qui doit l’avoir mauvaise, lui qui risque ainsi de perdre son titre de "Mr. Doom" planétaire.


Et encore, Attali a oublié le sale gamin nord-coréen qui nous promet la fin du monde, ainsi que la navigatrice Isabelle Autissier qui pense qu’en 2050 il n’y aura plus aucun poisson dans la mer. Je m’en fous, j’aime pas le poisson, et toc. Sus aux pensées négatives!


Ah oui, j’oubliais: Attali prévoit aussi une épidémie mondiale, type épizootie, partant d’un "virus mutant".

 

Jacques, mon ami, entame une psychanalyse, ou lance-toi dans des études de cinéma catastrophe, voire les deux en même temps, tu iras – peut-être – un peu mieux. Est-ce ton âge un peu avancé qui t’incite à croire qu’après toi, ce sera forcément le déluge?

 

Mais soyons de bon compte, car notre homme termine son "post" en estimant que "de bonnes surprises sont possibles".

 

Marc Goblet et Pieter Timmermans vont-ils fonder un syndicat commun du bien-être pour tous? Charles Michel et Paul Magnette partiront-ils en vacances ensemble? Non, n’exagérons pas: Jacques le fataliste ne verse jamais dans la candeur, c’est un euphémisme.

 

Et si, plus vraisemblablement, ce fin observateur du monde faisait référence à la victoire des Diables Rouges lors de l’Euro 2016? Non, Jacques Attali est trop intello pour lire L’Equipe ou la DH. Il n’est donc pas au courant des problèmes musculaires d’Eden Hazard et de Vincent Kompany, qui pourraient ruiner l’année de Marc Wilmots et d’AB InBev, si jamais les Diables ne passent pas en France le premier tour du "groupe de la mort".

 

Quelle expression, ça quand même, "groupe de la mort"! Symbole sémantique d’une société qui voit toujours tout en noir, moi le premier, puisque dès que j’évoque les Diables, je ne peux m’empêcher de parler des blessures des cadres de l’équipe, plutôt que de Lukaku qui empile les buts avec Everton et de Thibault Courtois qui revient en forme!

 

Nous devons inculquer à nos enfants la culture de l’optimisme, que… Diable! Sans quoi, ils croiront que l’humanité n’est rien d’autre qu’un ramassis d’hystéries mortifères démoniaques, pour reprendre les termes d’une célèbre pédopsychiatre spécialiste de la vulgarisation pour les plus jeunes de l’idéologie djihadiste, et qui officie par ailleurs comme ministre de l’Education.

 

Je propose donc de tous siffloter des bleuettes de Michel Delpech – ah non, mauvais exemple, désolé; ou bien de se regarder un bon vieux Gendarme de Saint-Tropez – aïe, encore raté, on est tous en train de pleurer Galabru!

 

Ecouter du Pierre Boulez? Non plus… Pff. Aller au cinéma, alors? Cette semaine, ce sont les "Huit salopards" de Tarantino et ses litres d’hémoglobine qui sont à l’affiche. Remarquez, ça fait déjà quatre salopards de moins par rapport aux douze du film culte de Robert Aldrich sorti en 1967. En 49 ans, on a donc perdu un tiers de sales types! Ça, c’est une pensée positive!

 

Quand je faisais mention de Houellebecq, me revenait à l’esprit la couverture de "Charlie Hebdo" se moquant de lui à l’occasion de la sortie de son roman "Soumission".

 

C’était le bon temps, celui de l’insouciance. C’était la couverture dessinée par Luz.

 

Pour le numéro daté du 7 janvier 2015. C’était avant. Il y a une éternité. Il y a un an. Hier.

 

Positif, soyons positif: oui, on peut encore rire des religions, oui, on peut encore se moquer du sacré et oui, on peut aussi être choqué sans zigouiller ceux qui ne sont pas de notre avis. Et enfin oui, on peut penser librement sans craindre l’apocalypse.

 

L’apocalypse, encore une préoccupation religieuse, tiens…

 

Jacques, si tu nous lis…

 


    
All rights reserved   |  www.nicolasvadot.com © 2006-2017  |  Copyright  |  designed by grenson-co.com